Découvrir l’apologie du buveur d’étiquettes

Se retrouver devant une bouteille sans étiquette ou une carafe à décanter peut mettre certains consommateurs dans une situation d’aveuglement intellectuel quant à ce qu’ils voient. Cette situation peut les faire plonger dans l’angoisse de ne pas savoir quelle bouteille acheter. Voilà pourquoi les étiquettes sont indispensables. Découvrez donc l’apologie des buveurs d’étiquettes.

Pourquoi vouloir identifier une bouteille de vin ?

L’étiquette constitue la carte d’identité d’une bouteille de vin. C’est l’élément qui assure aux consommateurs la région, le cépage et d’autres informations concernant le produit. Elle permet donc d’accompagner le buveur dans sa dégustation, et l’aider à reconnaître plus facilement le gout et les nuances de la boisson. Une bouteille sans étiquette peut être confondue avec une autre boisson. Toutefois, l’acheteur ne pourra se faire une véritable idée du vin que lorsqu’il aura ouvert la bouteille et commencé la dégustation. Malgré le fait qu’elles soient essentielles pour en savoir un peu plus sur le vin, les étiquettes ne pourront cependant jamais se substituer au plaisir de goûter le vin. En plus de nommer la boisson, l’étiquette habille le packaging. Elle doit, en conséquence, pouvoir attirer l’attention du client et l’emmener dans un autre univers. Elle doit évoquer une culture et des images. Le rêve de la dégustation commence alors par le packaging du produit. C’est une fonction marketing pure qui existe pour tous les produits. Les buveurs etiquettes sont souvent les non-connaisseurs qui ont besoin d’étiquettes pour reconnaître un vin. Leur apologie existe depuis toujours.

L’arrivée de l’étiquette

L’idée de mettre des étiquettes sur les bouteilles de vin existe depuis bien longtemps, bien que sa véritable naissance soit récente. Les étiquettes sont devenues de plus en plus nécessaires au fil du temps. Contrairement à ce que peuvent penser la plupart des gens, le buveur dans l’élaboration cognitive de sa perception d’un vin accorde plus d’importance à la vision qu’aux autres sens. C’est essentiellement pour cette raison que les buveurs d’étiquettes sont de plus en plus nombreux. Aujourd’hui, l’étiquette a même sa propre définition dans le monde du vin, proposée par l’OIV ou Organisation Internationale de la Vigne et du Vin. L’étiquette, telle qu’elle est aujourd’hui, est apparue au moment de l’invention de la lithographie, en Allemagne, à la fin du XVIIIe Siècle. Cette apparition coïncide avec le sillage du conditionnement en bouteille des meilleurs crus. Les premières étiquettes de vin sont donc apparues en Allemagne, mais se sont développées rapidement à Bordeaux et en Champagne. Ces étiquettes ne comportaient à l’époque que le nom de la boisson et quelquefois sa date de production. Des étiquettes plus élaborées sont apparues quelques années plus tard.

L’évolution des étiquettes de bouteilles de boissons alimentaires

Les vins sont liés à des représentations et des symboles au niveau de leurs consommations mais également de leurs valeurs. Ils respirent le plaisir ainsi que le partage. Vous pouvez remarquer qu’ils constituent même un vecteur social très fort. De plus, ils sont représentés par des références passées. C’est à travers le vin que sont transmises l’histoire et la tradition. Une bouteille de vin peut raconter une histoire, en plus de procurer plusieurs sensations. Les étiquettes forment un lien entre les producteurs, le produit et les consommateurs. Elles doivent, elles aussi, transmettre ces symboles et cette histoire. L’étiquette des vins et l’apologie des buveurs d’étiquettes possèdent donc leurs propres histoires. Le buveur, lors de son achat, reprend sans vraiment s’en rendre compte les valeurs importantes transmises par la boisson. Il va développer son imaginaire et même comparer avec d’autres produits. Certains clients créent tout un autre univers et des symboles autour de leur boisson. Au fil des années, les étiquettes ont conquis les connaisseurs et les débutants. Aujourd’hui, elles font évoluer tout un segment avec elles en s’adressant à des segments plus jeunes.

Le graphisme des étiquettes

Le rôle de l’étiquette des vins a considérablement évolué au fil des années pour devenir aujourd’hui un support d’illustration qui habille la boisson, et attire l’œil des consommateurs. Le graphisme, les dessins, les couleurs et la typographie ne cessent de faire accroître l’intérêt pour l’esthétique de la bouteille. La plupart des acheteurs sont des buveurs d’étiquettes. En effet, dans le marketing du vin, il est souvent dit que le packaging est ce qui fait acheter en premier. Il existe plusieurs types d’étiquettes. Il y a l’étiquette médiévale qu’on trouve surtout sur les bouteilles de vins de Bourgogne et de Bordeaux. Elle représente, en général, des symboles ecclésiastiques, des blasons, des attributs pontificaux ou encore des armoiries. Il y a également l’étiquette rurale ou terroir qui exprime une valeur d’authenticité avec ses dessins au crayon ou aquarelles. Vous pouvez en trouver parmi les vins du Beaujolais. L’étiquette aristocrate se pare, quant à elle, d’arabesques, de dorures bourgeoises et d’attributs royaux. L’étiquette minimaliste vient en dernier lieu, reposant sur le blanc et la discrétion.

Raclette : quel est le meilleur vin pour l’accompagner ?
Accord mets vins : que boire avec de la pâtisserie ?